Briefing ou tout ce qu'il faut savoir pour faire d'une activité normale, une activité physique.


 

 


Comment faire d'une activité normale une pratique physique régulière ? Est-il possible de transformer certains gestes quotidiens en une pratique physique régulière ?

 

Cet article vous expose les deux manières de bouger son corps, selon le principe naturel de la pesanteur et du marionnettiste.

Comme tout objet détaché de la terre, nous sommes soumis à la gravitation.

 

Un peu d’Anatomie simplifiée.

Nous  sommes rattachés au sol par nos pieds, ou plus exactement chaque pied s’apuie  dans le sol par trois points  définis  par une arche antérieure métatarsienne transversale et une arche antéropostérieure métatarsocalacanéenne.

L’arche  antérieure métatarsienne située à l’avant du pied est flexible, elle sert d’amortisseur  donc elle s’affaisse avec le temps. Elle s’appuie  sur le 1° et le 5° métatarse (qui sont des os longs) et son arrondi repose sur un enchevêtrement de muscles et tendons qui s’étirent facilement.

 L’arche antéropostérieure qui finalement correspond à la voute plantaire elle-même est plus solide, elle est constituée par les os propres du pied (les os du tarse) dont les articulations, qui ont peu de mobilité,  sont maintenues par de  puissants tendons.

L’appui postérieur est large : l’os du talon,  le calcanéum.

En revanche, son appui antérieur est plus souple  :  il s’agit de l’arche antérieure métatarsienne.

Quelque soit l’arche affaissée, cela  entraine plus ou moins rapidement des troubles de la statique et des répercutions sur les articulations sus jacentes : genoux, hanches et surtout au niveau du  rachis.

 

Le centre de gravité du corps

Il est situé entre le diaphragme et le petit bassin,  généralement au niveau de la 3° lombaire, il  doit se projeter  dans le  polygone de sustentation, surface comprise entre nos deux pieds, afin que nous gardions notre équilibre, C’est tellement naturel qu’on arrive à le perdre.

Et pourtant vous ne devriez pas  le quitter pas des yeux un instant, surtout lorsque vous pratiquerez les exercices physiques simples que je vous enseignerai lors d’articles suivants, afin de conserver une symétrie parfaite  et d’obtenir des résultats optimum.

 

Posture.

Notre posture a un lourd passé : une allure peut trahir le personnage, à moins que l’on prenne l’allure de son  personnage.

Il est important d’analyser sa posture naturelle afin de déterminer si, au cours du temps, celle-ci ne va pas entrainer ou aggraver des lésions  existantes.

Déjà regardez les autres !  L’allure des  personnes plus âgées peut vous donner une idée sur la correction posturale que vous devez vous entrainer à faire tous les jours, à n’importe quel moment de la journée, afin d’éviter  les lésions inéluctables que nous infligent le temps… lordose, cyphose ( être bossu), trainer les pieds, avoir du ventre ….

 

Le Marionnettiste

Ce doit être votre esprit qui doit tirer les ficelles, il ne faut pas abuser de notre tonus de base associé à la force cinétique du mouvement  naturel pour bouger de manière molle.

Nous devons déclencher une  contraction musculaire  consciente et volontaire pour que  le muscle concerné travaille efficacement : une sorte de musculation naturelle.

Par exemple, lorsque nous montons les marches de l’escalier, une faible contraction du quadriceps permet de passer à la marche supérieure que nous gravirons grâce à l’élan imprimé par une bascule naturelle du corps vers l’avant. 

Une autre façon de faire est  de conserver le rachis le plus droit possible, afin  d’éviter de faire appel à un effet démultiplicateur de la bascule.

Cela nous oblige aussi à déplacer notre centre de gravité en fonction des deux triangles et non plus en fonction du polygone de sustentation. Nous allons le déplacer dans la surface du pied qui reste dans le sol en essayant de garder la  meilleure stabilité possible.

 La contraction du quadriceps du membre inférieur que nous soulèverons sera plus tonique, les autres muscles du corps se contracteront pour conserver l’équilibre.

 Puis,  lorsque nous poserons le pied que nous avons arraché du sol sur la marche supérieure avec un bon appui  sur son  point arrière du triangle de sustentation,  nous déclencherons instantanément un déplacement  du centre de gravité d’un pied à l’autre , ce qui va nous obliger à contracter les muscles de l’arrière de cuisse : les ischiojambiers et les fessiers pour nous élever et décoller l’autre pied du sol et ainsi de suite.

Finalement lors de mouvements quotidiens, le secret est de limiter l’espace de sustentation (d’équilibre) au triangle droit puis au triangle gauche avec une conscience aigue de son centre de gravité en d’autres termes utiliser l’impulsion plutôt que la force cinétique.

Un exercice de tous les jours, à répéter de temps en temps, mais ne vous amusez pas à monter les 27 étages de votre tour SFR en utilisant cette méthode, sinon vous serez en retard !!

 

La semaine prochaine, nous attaquerons le travail des triceps au bureau ou à la maison en regardant la télévision.

 

Article écrit par le Dr Gilles Demarque le 17 mai 2010

Partager cette page