Hépatites et alimentation


 


L’étonnement des patients atteints d’une hépatite à  qui l’on annonce qu’ils peuvent, sans risque pour leur foie, manger des œufs ou du chocolat, montre bien que nombre d’idées fausses circulent en matière d’alimentation au cours des hépatites.


Trois recommandations simples résument ce qu’il faut conseiller ;


En premier lieu, au cours des hépatites aiguës, il n’y a aucune raison d’imposer un régime restrictif hypocalorique. Un tel régime n’apporte pas de bénéfice sur l’évolution de l’hépatite. Il y a l’inconvénient d’aggraver l’asthénie et l’amaigrissement, donc de prolonger inutilement la convalescence. Il convient au contraire de recommander un régime hypercalorique.


Les patients étant souvent nauséeux le soir (au moins au début), on peut leur conseiller de s’alimenter plutôt le matin, d’autant qu’ils préfèrent les aliments et les boissons sucrés.


En cas d’ictère, du fait de la diminution de la sécrétion des sels biliaires, les aliments gras peuvent être difficiles à digérer. Dans les cas où ils sont bien tolérés, il n’y a pas de raison de les interdire.


En second lieu, au cours des hépatites chroniques (principalement dues aux virus B et C), l’alimentation doit être tout à fait normale, puisque le foie fonctionne normalement, se priver de chocolat, d’œufs ou de foie gras n’a aucune justification. Si ces aliments sont parfois mal tolérés, c’est en raison de troubles « dyspeptiques » ou d’une colopathie fonctionnelle sans aucun rapport avec l’hépatite.


La troisième recommandation est d’éviter l’alcool.


Au cours des hépatites aiguës les patients n’ont généralement pas envie de consommer des boissons alcoolisées. Bien qu’il n’ait jamais été prouvé scientifiquement que l’alcool, en quantité modérée, soit néfaste dans cette situation, l’abstinence est raisonnable.


Dans les hépatites chroniques B ou C, il est démontré que l’alcool augmente l’activité histologique, favorise la fibrose et l’évolution vers la cirrhose. De plus, au cours de l’hépatite C, l’alcool augmente la virémie. Le patient doit donc être fortement incité à l’abstinence.


Les conseils essentiels en matière d’alimentation au cours des hépatites se résument donc à ces trois recommandations :

 

  • Suivre un régime hypercalorique, plutôt glucidique pendant une hépatite aiguë
  • Avoir une alimentation normale en cas d’hépatite chronique
  • Et éviter l’alcool dans les deux cas.

 

 

Article écrit par le Professeur Serge ERLINGER

 


Partager cette page